20 ans de Braderie

21 octobre 2014
Les archives sont une gracieuseté d'Anne de Shalla

Le mois de la mode dans le Vieux-Montréal tire à sa fin et va se conclure avec le rendez-vous shopping par excellence : la Grande Braderie de mode québécoise, qui se tiendra du 23 au 26 octobre prochain.

Soulignant cette année ses 20 ans, l’événement a vu le jour en 1994 sur la rue Prince, grâce à une poignée de créateurs dont Jean Airoldi faisait alors partie. Les participants avaient poussé leurs machines à coudre le long des murs du local industriel pour faire place aux clients. C’est en 1998 qu’Anne de Shalla, par le biais de son agence Diffusion Griff, a repris le concept. En 1999, lors d’une des premières éditions de la « nouvelle » Braderie, le rayonnement de marques comme Rudsak, Philippe Dubuc et Marie Saint Pierre était tel, qu’au cours de la soirée, le terminal de paiement a cessé de fonctionner, ayant enregistré trop de ventes !


À l’époque où la promotion pour une telle vente se faisait en bonne partie par fax ou à la radio, la Braderie rejoignait déjà des milliers de consommateurs qui l’attendent depuis année après année.

Cette même année, la Braderie s’est installée dans sa nouvelle maison, le Marché Bonsecours, édifice historique situé en plein cœur du Vieux-Montréal. L‘emplacement ne pouvait être mieux choisi. Ancien marché public, le bâtiment est depuis longtemps un lieu de rassemblement pour les gens de bon goût. Encore aujourd’hui, la Grande Braderie contribue à créer des rencontres, entre les créateurs et leurs clients, mais aussi entre les intervenants du milieu.

La productrice de cette manifestation semestrielle de mode, Anne de Shalla, voit l’intérêt pour la consommation locale grandir avec les années. Avec 135 exposants et quelques 35 000 personnes qui déambuleront au Marché cette semaine, en plus des éditions qui ont maintenant lieu à Québec et en Outaouais, il semble en effet que la Braderie est là pour rester.