Cokluch fête ses 10 ans

27 juillet 2016
Source : Cokluch | Photographe : Maxime Desbiens

« Depuis le début de l’aventure, on tente d'allier le plaisir de la création,  notre passion pour la mode et l'amour pour la fabrication locale. C'est peut-être utopiste de penser que nous arriverons à faire une mode que nous aimons et qui soit 100 %  montréalaise, québécoise ou même canadienne, mais c'est en rêvant à nos projets qu'on est capables de les réaliser. »

Ces paroles bien inspirées proviennent de Maïlys Bessières, assistante designer pour la ligne villeroise Cokluch. Après le lancement d’une ligne pour enfants et à l’aube du dixième anniversaire de la marque, c’était pile le bon moment pour revenir sur le chemin parcouru et faire le point sur la vision de l’entreprise, pour qui Montréal demeure à l’avant-plan des créations.

 

Vous avez commencé à intégrer des matières fabriquées à Montréal dans vos collections. Pourquoi ce changement et quels défis cela pose-t-il en termes d’approvisionnement?

En mode, on se voit souvent contraints de créer en fonction de la matière première proposée. Difficile parfois de se sentir inspirés! Alors suite à plusieurs belles rencontres, on a décidé de faire produire certains de nos tissus à Montréal. Le type de tricotage et le choix de la teinte furent un élément déclencheur pour la création de nos collections hivernales à venir.
 

Source : Cokluch | Photographe : Maxime Desbiens

Bien entendu, les quantités minimales à commander sont plus grosses et leur prix, plus dispendieux, ce qui augmentera légèrement les prix des vêtements, mais nous restons confiantes que la clientèle va nous suivre. La plupart de nos clientes sont conscientes du travail et de la valeur de notre produit fini. C'est encourageant car nous travaillons à la conscientisation sur ce sujet depuis longtemps.


Vos coupes et mélanges de motifs sont très originaux. D’où tirez-vous cette inspiration?

On joue avec la matière, on regarde notre tissu à l'endroit et on le trouve aussi beau à l'envers. L'inspiration n'est jamais définie dans une case. C'est à force de travailler les tissus qu'on trouve nos idées. Sûrement qu’à la base, inconsciemment, nous avons été attirées par de belles choses, que ce soit dans la rue, dans un film, un tableau... mais on n’a jamais de thème de départ.
 

Source : Cokluch | Photographe : Valérie Poulin

Qu’est-ce qui vous plaît le plus d’être en affaires dans une ville comme Montréal?

C'est une ville très dynamique culturellement parlant. Un vrai pôle urbain animé de toutes ses communautés. Pourtant, on s’y sent comme dans un village, avec une vie de quartier et de l'entraide. Cela nous permet de nous développer tout en se sentant soutenues. 


Vous avez récemment lancé une ligne pour enfants. Comment vous est venue cette envie et à quels projets peut-on s’attendre dans le futur?

Deux enfants sont arrivés au sein de l’équipe, et on avait de la difficulté à trouver des vêtements que l’on aimait pour les vêtir. Cokluch évolue avec nous depuis 10 ans, et nous étions rendues là. Un projet très intense avec l’ouverture de la boutique Cokluch Mini à côté de la boutique Cokluch dans Villeray.
 

Source : Cokluch

On va maintenant poursuivre l’implantation de nos lignes au Canada et aux États-Unis. Notre objectif sera de développer nos produits, soigner et s'amuser encore plus avec nos designs et trouver de belles matières premières à travailler.  

 

Gageons qu’une si belle vision n’aura aucune difficulté à faire sa place sur les marchés canadien et américain!

 

Visitez le site web de Cokluch

Suivez Cokluch sur Facebook, Twitter et Instagram

Suivez Cokluch Mini sur Facebook et Instagram